01 40 03 08 82 ----15bis-17 Rue Jules Romains - Paris19 csbelleville@gmail.com

Voici l’Ă©pisode 3 du RETOUR DES FLEURS

Bonne Ă©coute !

Le jeune homme se dirigea vers le nord. Il marcha longtemps, longtemps, longtemps et arriva au pied d’une montagne, si haute, si haute que son sommet Ă©tait invisible.
Il tourna autour de la montagne, mais ne vit aucun sentier, seulement de la roche et des cailloux. Il tourna encore et encore. Las de tourner, il se dit :
– « Il faudra bien que je dĂ©couvre un chemin. Le sorcier a dĂ» le prendre pour atteindre le sommet. »
Il inspecta avec attention les rochers et finit par découvrir une petite marche. En regardant de plus près, il aperçut une autre petite marche et puis encore une autre. Lorsqu’il leva les yeux vers le sommet de la montagne, il aperçut un escalier et il se mit à grimper sans jamais regarder en bas pour ne pas avoir le vertige.

A la fin du premier jour, il s’arrĂŞta sur une terrasse. Le sommet de la montagne n’Ă©tait pas visible. Il en fit de mĂŞme le deuxième, puis le troisième, puis le quatrième puis le cinquième puis le sixième jour. Il commençait Ă  se dĂ©courager quand, au soir du septième jour, il aperçut enfin le sommet. A force de courage et malgrĂ© la fatigue accumulĂ©e depuis 7 jours, il parvient Ă  l’atteindre juste au moment oĂą le soleil avait complètement disparu et que la nuit avait recouvert le monstre de pierre. ArrivĂ© tout en haut, il aperçut une source. Il se pencha pour y boire un peu d’eau. Au premier contact de l’eau sur ses lèvres, toute sa fatigue s’évapora. Il se sentit fort et heureux comme jamais dans sa vie. Tout Ă  coup, derrière lui, il entendit une voix qui lui demanda ce qu’il Ă©tait venu chercher sur la plus haute des hautes montagnes.
– Je suis venu, dit-il, pour rencontrer le grand sorcier et lui demander de nous rendre des fleurs et des insectes. Un pays sans fleurs, sans oiseaux et sans abeilles, est triste Ă  mourir. Seule le beautĂ© peut rendre les gens bons et je suis certain que les gens de mon pays cesseraient d’ĂŞtre mĂ©chants, si le sorcier leur redonnait les fleurs.